,

David Ogilvy : ne prenez pas de décision en comité...

David Ogilvy : ne prenez pas de décision en comité...

Dans son auto­bio­gra­phie, “Confessions of a Advertising Man“, le légen­daire pion­nier de la publi­cité David Ogilvy, raconte com­ment il a été invité à une réunion d’entreprise pour concou­rir pour un compte majeur.

Lorsqu’il est entré dans la salle du conseil du pré­si­dent, le pré­si­dent a déclaré : “M. Ogilvy, nous inter­vie­wons plu­sieurs agen­ces. Vous avez exac­te­ment quinze minu­tes pour plai­der votre cause. Ensuite, je son­ne­rai cette clo­che et la pro­chaine agence qui attend dehors vous sui­vra.”

Ogilvy a immé­dia­te­ment demandé : “Combien de per­son­nes seront impli­quées dans la déci­sion ?”

“Les douze mem­bres du comité ici aujourd’hui” a répondu le pré­si­dent.

“Sonnez la clo­che !” a dit Ogilvy et il est sorti.

David Ogilvy avait com­pris les dan­gers de la déci­sion en comité. Il savait que cette appro­che de la prise de déci­sion échouait sou­vent.

En science du com­por­te­ment, il existe une pro­pen­sion bien docu­men­tée pour les petits comi­tés à déri­ver vers des déci­sions “extrê­mes”, c’est-à-dire qu’un groupe d’individus agis­sant en comité prend sou­vent une déci­sion qu’aucune des per­son­nes agis­sant seules ne pren­drait, étant donné la même infor­ma­tion. Pourtant, même avec cet aperçu, les déci­sions sont pri­ses de cette façon tous les jours, ce qui a un impact sur la tra­jec­toire de crois­sance des mar­ques.

Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de comi­tés. Nous avons besoin de lea­ders en agence et des clients qui diri­gent réel­le­ment. Qui n’ont pas peur de s’engager dans une direc­tion et d’aller de l’avant.

“Cherchez vos parcs dans tou­tes vos vil­les. Vous ne trou­ve­rez pas de sta­tuts de comi­tés.”

C’est David qui l’a dit.