,

Un étourdissant murmure ou le paradoxe des marques invisibles

Un étourdissant murmure ou le paradoxe des marques invisibles
Loin de s’afficher sur tous les frontons, des marques organisent sciemment leur “invisibilité”. C’est une stratégie de branding aussi délicate à piloter qu’efficace pour les produits d’excellence.

Face à la satu­ra­tion com­mer­ciale et publi­ci­taire, cer­tai­nes mar­ques, y com­pris grand public, ont opté pour la dis­cré­tion. Vous ne les ver­rez pas en 4 x 3, en der­nière de cou­ver­ture ou en spot TV. C’est un choix qui s’avère ris­qué mais payant dans les sec­teurs satu­rés publi­ci­tai­re­ment et pré­emp­tés par des mar­ques très for­tes dis­po­sant de bud­gets écra­sants.

Goyard, mal­le­tier de luxe concur­rent de Louis Vuitton, a mis en place une “stra­té­gie d’invisibilité”, met­tant en avant l’excellence de ses arti­cles, l’exigence pro­cé­dant à toute sa chaîne de fabri­ca­tion et sa clien­tèle de têtes cou­ron­nées et influen­ceurs du monde de la mode, de poli­ti­ques, d’artistes.

Loin de voir ses ven­tes s’étioler, la mar­que a vu ses résul­tats pro­gres­ser de façon expo­nen­tielle dans le monde entier mal­gré les cri­ses.

Responsables de leur com­mu­ni­ca­tion digi­tale, nous trem­blions cha­que année face à cette injonc­tion contra­dic­toire : allier pré­sence et dis­cré­tion.

Là où les démar­ches publi­ci­tai­res sont dans la sur­en­chère média­ti­que, cette stra­té­gie de bran­ding met l’excellence de l’expérience client (expé­rience uti­li­sa­teur) au cen­tre de sa démar­che.

Tous les dépar­te­ments de l’entreprise sont enga­gés dans une quête de l’excellence, de l’accueil télé­pho­ni­que à la façon de pré­sen­ter les fac­tu­res. Chaque dépar­te­ment est res­pon­sa­ble de la qua­lité du pro­duit ou du ser­vice et du res­pect des valeurs de l’entreprise. Les mar­ques silen­cieu­ses ont pour point com­mun de “sur-déli­vrer”, de déli­vrer plus que leur pro­messe.

La mar­que est une pré­oc­cu­pa­tion trans­verse de l’entreprise. Chaque inter­ac­tion entre la mar­que et ses publics est rigou­reu­se­ment char­tée, poly­sen­so­rielle (s’adressant aux 5 sens), trans­me­dia et cohé­rente dans le temps.

Cela a pour effet de créer une base de clients extrê­me­ment fidè­les et loyaux, fer­vents ambas­sa­deurs de la mar­que et ayant un fort sen­ti­ment d’appartenance à une com­mu­nauté.

La mise en place d’une stra­té­gie de mar­que “silen­cieuse” est donc un pro­jet d’envergure et impli­quant pour l’entreprise.

Elle peut être envi­sa­gée quel­que soit le sec­teur d’activité : de toute évi­dence dans le luxe, la finance, les family office mais aussi dans les tech­no­lo­gies, le médi­cal, à condi­tion que la cible par­tage ces valeurs d’excellence et de dis­cré­tion.

Ce type de stra­té­gie néces­site d’être sou­te­nue par un sto­ry­tel­ling riche, d’où son suc­cès dans les entre­pri­ses fami­lia­les ou les entre­pri­ses ou mar­ques cen­ten­na­les. Ce qui n’exclut pas de choi­sir cet axe de stra­té­gie de mar­que lors d’une créa­tion d’entreprise, si les por­teurs de pro­jet ont des valeurs et une vision forte. Cette stra­té­gie ne peut en effet s’envisager que sur le long terme et cor­res­pond à la convic­tion que l’entreprise est là pour durer.

Les mar­ques qui optent pour ces stra­té­gies de dis­cré­tion y trou­vent un gain d’éthique par le contre­point au sen­ti­ment de pol­lu­tion visuelle et audi­tive du “Brand Obesity”, par l’investissement sur la qua­lité de la rela­tion et non la mul­ti­pli­cité des rela­tions, et le sen­ti­ment de liberté de choix.

La stra­té­gie de mar­que silen­cieuse ou “Quiet Brand” est un pari auda­cieux mais réel­le­ment dif­fé­ren­ciant pour l’entreprise prête à s’engager sur la durée.

[spa­cer]

[but­ton text=”Pour plus d’informations” link=”/contacts/” style=”primary” size=”normal” target=”_self” display=”inline” icon=”circle-arrow-right”]