,

Un logo n'a pas à être littéral.

Un logo n'a pas à être littéral.

Un logo n’a pas à être littéral ou à être interprété littéralement

Pour être iden­ti­fia­ble et mémo­ri­sa­ble, il faut, à un moment, être capa­ble d’aller au-delà des évi­den­ces et des lieux com­muns. Dans l’expression “lieu com­mun”, il y a le mot com­mun. Et si vous vou­lez être com­mun, vous n’êtes pas en train de construire une mar­que.

Si vos croyan­ces limi­tan­tes, votre crainte des réac­tions de Pierre Paul et Josette sont si for­tes qu’elles bri­dent toute créa­ti­vité, toute explo­ra­tion, toute audace, vous n’êtes pas en train de créer une mar­que.

Si nous avons choisi le #JUMP, si le concours le plus prisé de notre pro­fes­sion est le Transform Award, c’est parce que toute mar­que forte est le résul­tat d’un parti pris auda­cieux.

 

Démonstration par l’absurde

Les logos de plus gran­des mar­ques ne sont pas des­crip­tifs. Petite démons­tra­tion par l’absurde…

starbuck apple shell