, ,

Trouver un "bon" nom de marque pour sa société ou son produit

Trouver un "bon" nom de marque pour sa société ou son produit

Trouver un “bon” nom de marque pour sa société ou son produit

Trouver un nom de société ou de pro­duit est sou­vent un casse-tête sans fin, quel­que soit la taille de la société. Sophie Roux, co-fon­da­trice de l’agence de créa­tion et stra­té­gie de mar­ques BrandSilver, vous démine le ter­rain entre faus­ses croyan­ces et vrais conseils.
 

 

Qu’est-ce qu’un bon nom de marque ?

C’est un nom :

  • Qui vous dif­fé­ren­cie
  • Qui est faci­le­ment mémo­ri­sa­ble
  • Qui fonc­tionne à l’international
  • Qui est un sup­port émo­tion­nel et aspi­ra­tion­nel
  • Et qui ouvre un sto­ry­tel­ling visuel et de de lan­gage suf­fi­sam­ment riche pour être exploité sur plu­sieurs années

On dit qu’il faut qu’il fasse 2 syllabes maxi ?

Mi-chel-et-Au-gus-tin, Bla-bla-car, A-ma-zon… Les 2 syl­la­bes, c’est un juste mythe.

 

C’est mieux en anglais ?

Nous avons rem­porté un prix aux Transform Awards Europe attri­bué par un jury anglo-saxon avec un nom fran­çais…

 

Alors c’est quoi le truc ?

Il n’y a pas de truc. Trouver un nom, c’est un pro­ces­sus créa­tif struc­turé. Chaque agence de naming a le sien. Nous nous retrou­vons sur des fon­da­men­taux :

  • Qu’il soit dura­ble, un nom de mar­que, peut durer plus de 100 ans. Coca Cola par exem­ple
  • Qu’il sou­tienne le busi­ness de nos clients

 

Qu’est-ce qui est le plus difficile ?

Avec plus de 90 000 mar­ques dépo­sées à l’inpi en 2017, trou­ver un nom dépo­sa­ble est un chal­lenge.

Mais le plus dif­fi­cile, c’est la résis­tance au chan­ge­ment dans les cas de re-bran­ding. Même si la déci­sion ration­nelle de chan­ger de nom est actée, il y a tou­jours un moment de résis­tance. C’est humain. Changer de nom, d’identité, ce n’est pas neu­tre. Nous avons trans­formé cette résis­tance en inté­grant nos clients dans le pro­ces­sus créa­tif. Pour qu’ils s’approprient la démar­che et les pro­po­si­tions issues de la démar­che.

 

Et qu’est qu’il ne faut pas faire ?

Suivre les modes ! Comme les noms en oo dans les années 2000 ou tous les noms avec BOX aujourd’hui. C’est vite daté. C’est de l’obsolescence pro­gram­mée

L’autre chose à évi­ter c’est deman­der l’avis du public. Les gens aiment ce qu’ils connais­sent déjà. Un bon nom de mar­que anti­cipe l’avenir. Demander l’avis du public, c’est donc contre­pro­duc­tif. Personne n’aurait voté pour Apple ou Amazon..

 

Ta meilleure expérience ?

Tamanoir, Deeplink, Wenity, Ukhuti, Asgard, Gangz.. Chaque fois que le bon nom émerge, c’est un moment très fort. On le voit dans les yeux de nos clients. Tout se met en place, tout le sto­ry­tel­ling, l’univers visuel

 

Un dernier conseil..

Je suis tou­jours éton­née de voir des diri­geants brains­tor­mer sans méthode pen­dant des heu­res et des heu­res au lieu de déve­lop­per leur entre­prise. Il y a des pro­fes­sion­nels de la créa­tion de mar­que, c’est un métier…

 

Pour nous consul­ter sur un nom de mar­que entre­prise ou pro­duit